by Xosé L. Garza (Chair of Communication)

Bonjour Pilar, merci beaucoup de vous joindre à nous aujourd’hui, nous faisons une série d’entrevues inspirantes pour les jeunes et nous croyons que votre expérience sera bonne pour eux. Dites-nous un peu comment vous êtes!

Je suis Pilar del Oro Sáez, galega, j’ai étudié la philologie romane à Saint-Jacques-de-Compostelle et j’ai complété mes études par une formation dans le domaine de l’Union européenne et du commerce extérieur. J’ai alterné ces périodes avec des périodes de formation dans les institutions européennes et les administrations publiques. Je travaille en tant que coordinateur dans le domaine de l’Euroxuventude à la Fondation Galice Europa.

Parmi mes passe-temps une mer ouverte ou un estuaire paisible, ainsi qu’une haute montagne, sans manquer une bonne lecture. Profitez du patrimoine historique,artistique-culturel et faites la recherche de lieux nouveaux et emblématiques.

Une journée de travail est généralement intense. Varié. Mise à jour des projets en cours; collaborations avec des entités publiques et privées; conseils, suivi, soutien / aux jeunes, entrepreneurs, entités, associations,…. avec lesquels nous avons commencé des programmes; beaucoup d’e-mails; appels téléphoniques; réunions, comités, rapports… et maintenant avec cette situation COVID19 beaucoup de vidéoconférence.

Pilar avec des jeunes de Galice et du Portugal

Les jeunes voient souvent l’Europe comme quelque chose de très lointain, et en particulier galiciens, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la Galice de la Fundación ?

La Fundación Galicia Europa* est une entité à but non lucratif et une entité instrumentale du secteur public autonome galicien. Le travail de la FGE s’articule autour de deux objectifs principaux : une meilleure communication de l’activité communautaire en Galice et la défense des positions galiciennes dans le contexte européen. Favorise le rapprochement entre la Galice et l’Europe

Et comment la Fundación Galicia Europa peut-elle aider la jeunesse galicienne ?

La Fondation fournit aux jeunes galiciens divers outils en ligne qui leur permettent d’explorer toutes les opportunités qui existent dans l’Union européenne, de promouvoir la citoyenneté active et leur participation au processus de construction communautaire. Grâce à la plate-forme virtuelle que nous avons sur le web, nous fournissons des informations actualisées sur les différentes opportunités que l’Union européenne offre aux jeunes. En outre, avec les projets européens que nous effectuons, nous promouvons leur formation et soutenons les initiatives qu’ils conçoivent eux-mêmes et veulent mettre en œuvre.

Nous savons déjà que vous avez participé à différents projets où vous recherchez l’implication des jeunes dans l’entrepreneuriat, comment atteindre les jeunes? Et ce qui est plus important, comment les entretenir?

Les réseaux sociaux de la FGE et de nos partenaires dans des projets européens, ainsi que des entités collaboratrices, sont une bonne plate-forme pour faire connaître les initiatives que nous lançons. La transmission que les jeunes eux-mêmes font est également importante. Nous «ne soutenons pas les jeunes», «nous le poursuivons» et plus tard «nous le laissons voler»: nous formons les jeunes sur les questions de l’Union européenne (politiques, programmes,…) à travers des cours dans lesquels nous nous impliquons et faisons un suivi fort, nous leur parlons pour voir dans quelle voie ils veulent aller, et nous continuons avec un conseil plus personnalisé, nous les mettons en contact avec des entités ou des personnes qui peuvent également les conseiller , «nous les lassons» afin qu’ils n’arrêtent pas de se battre pour leurs buts et idéaux; quand ils les atteignent, ils n’ont plus besoin de nous, et ils pilotent leur propre vie. Alors qu’ils se souviennent toujours de nous.

Il y a beaucoup de projets qui sont exécutés par la Fondation, mais en réalité, nous pourrions savoir combien ou qui sont davantage axés sur les jeunes que sur d’autres secteurs de population? Ou ceux dont vous vous souvenez avec le plus d’affection, dites-nous un peu…

La grande majorité des projets réalisés par la Fondation ont été destinés aux jeunes, il y en a beaucoup si l’on tient compte du fait que la Fondation est née en 1988. Vous vous souvenez presque tous avec affection, parce que les techniciens qui les dirigent ont aussi appris de tous. Afin de ne pas nous classer dans un programme spécifique, je vais mentionner trois:

  • Participer était un projet pilote de la Commission européenne avec lequel nous avons réalisé que de nombreux jeunes d’origines et de niveaux académiques différents en Galice pouvaient former et débattre sur les politiques de l’Union européenne, ils ont été reçus et ont présenté leurs conclusions au Parlement galicien et enfin à Bruxelles avec la commissaire européenne à l’éducation et à la culture (Viviane Reding), qui des 10 minutes qu’elle leur avait réservées par ordre du jour , est resté pour parler avec eux pendant près de deux heures.
  • NONEETS, projet du Programme d’action dans le domaine de l’apprentissage tout au long de la vie. Où j’ai rencontré et travaillé avec de jeunes entreprises galiciennes avec lesquelles je collabore encore aujourd’hui. Il s’agissait d’un projet destiné aux NEETs, sur lequel personne ne pariait et dans lequel nous avons appris qu’en écoutant les NEET avec patience, ténacité et parler, ils pouvaient aller très loin. Les jeunes en qui peu croyaient, sont aujourd’hui des entrepreneurs et des travailleurs exceptionnels. Avec ce projet, j’ai appris que nous avons besoin de beaucoup de temps pour mettre en œuvre une bonne idée et être en mesure de l’exécuter, et que même qui vous pensez ne sera pas très loin vous montre qu’avec détermination, vous pouvez réaliser «impossible».
  • Et le dernier: LIDERA, un projet en cours dans le cadre du programme Interreg VA Espagne-Portugal 2014-2020 (POCTEP). Son titre résume son objectif : Catalyseur pour l’entrepreneuriat transfrontalier des jeunes et les possibilités d’emploi». Promouvoir le développement économique transfrontalier par l’amélioration des compétences en main-d’œuvre et en entrepreneuriat des jeunes du territoire, stimuler le tissu commercial transfrontalier, promouvoir le lancement de nouvelles initiatives commerciales et parvenir à l’emploi des jeunes sur le territoire transfrontalier est le grand objectif de ce projet et l’une des illusions de mon travail quotidien. On pourrait dire que LIDERA est synonyme de Pilar del Oro sur le plan professionnel et personnel. Il rejoint deux voies que j’ai toujours opté pour: la coopération transfrontalière Galice – Nord du Portugal et des opportunités pour ceux qui en ont le plus besoin.

Nous traversons une période très difficile où beaucoup de jeunes ne voient pas d’issue, ou s’ils y voient très loin, après cette pandémie, comment pouvons-nous encourager ou motiver les jeunes, même des institutions?

La pandémie marquera sans aucun doute un avant et un après à tous les niveaux de la vie. Je suis convaincu que le quotidien nous marquera de la façon de prendre pour être à la hauteur de ce que l’on attend de nous en tant que personnes, en tant qu’entreprises, en tant qu’institutions, en tant qu’associations… Il est essentiel d’écouter les jeunes et de leur transmettre confiance et soutien. Nous devons les encourager à plonger dans leurs illusions, nous devons les soutenir dans leurs initiatives et surtout nous devrons travailler ensemble et trouver des solutions à leurs problèmes dans les plus brefs délais. Nous devrons également arrêter et analyser en profondeur quelles lignes d’incitations, de financement, nous pouvons lancer MAINTENANT.

D’un autre côté, nous voyons beaucoup de jeunes qui sont aussi à un point de non-conformité ou de rejet de tout ce qui leur est offert, où avons-nous mal fait, si vous pensez que nous l’avons fait de cette façon? Et comment pouvons-nous les soutenir?

Bien sûr, nous avons mal fait les choses, nous ne sommes pas parfaits, et ils ne le sont pas non plus. Je crois que c’est un moment turbulent, très différent de ce à quoi on s’attendait, pour lequel personne ne nous a préparés. Nous sortirons plus forts, l’histoire est comme ça, et vous apprenez toujours. Il est essentiel que toute la société se calme, que nous nous calmions, que le brouhaha et la tension ne mènent nulle part. Nous devrons nous écouter les uns les autres et les écouter, nous devrons travailler ensemble et leur montrer qu’il y a une sortie et qu’ils seront les exécuteurs testamentaires de leur avenir. Nous devrons nous comprendre les uns les autres et nous accepter nous-mêmes sera la meilleure façon de soutenir. Respectez-vous les uns les autres.

Si vous regardez en arrière et voyez où vous êtes maintenant, le Pilar de quinze ans serait-il satisfait du Pilar maintenant ? Ou en tout cas, feriez-vous quelque chose de différent?

Je pense que oui, le jeune Pilar serait satisfait de mes réalisations et de mes échecs, c’était déjà comme ça à 15 ans. Rebelle, combattant, anticonformiste. Il ya beaucoup de choses qu’elle ferait d’une autre manière, les années vous apporte perspective et un certain bon sens, mais vous apprenez aussi à vous accepter et à vous aimer malgré vos défauts. Si je devais recommencer à quinze ans, cela changerait mon avenir professionnel, j’aimerais pouvoir innover davantage, être plus indépendant professionnellement, il y a des domaines qui me passionnent là où mon travail quotidien ne m’a pas laissé le temps, comme le développement rural et local. Et si elle revint à quinze ans, puis un autre champ; il y a tellement de choses à faire que l’important est de se sentir vivant, de s’aventurer et surtout d’apprendre.

Je sais que vous avez participé au livre d’Aych, pour lequel nous vous remercions, mais selon votre point de vue, en tant que professionnel qui travaille depuis tant d’années dans le monde de la jeunesse et de l’entrepreneuriat, quels conseils pratiques pourriez-vous donner aux jeunes qui ont une idée ou un projet, que pourraient-ils faire?

Qu’ils croient en eux, dans leur idée, dans leur projet, qu’ils le mûrissent, qu’ils s’assoient et l’analysent en profondeur; pour se battre pour elle. Laissez-les y travailler, demandez conseil. Le coworking, les crèches, les hubs, les entités spécialisées peuvent les aider à développer leur initiative, même d’autres jeunes avec les mêmes idées. Travailler et demander des conseils, des conseils sont importants. Ces étapes seraient pour moi, les préliminaires pour mener à bien votre avenir commercial.

Dans notre projet, nous avons un corps d’ambassadeurs et nous leur demandons toujours de vous poser une question, et c’est la vôtre : « Une bonne partie de l’entrepreneuriat a toujours été une chose de garçon, comment une femme comme vous s’est-elle développée dans ce monde ? Et que pensez-vous devrait être amélioré en ce qui concerne le rôle des femmes dans l’entreprise? “

Quand j’ai commencé à travailler, j’ai déménagé dans un environnement plus masculin, je viens d’une autre génération! J’ai essayé d’être moi, j’ai eu des difficultés, mais je me suis battu contre eux. Aujourd’hui, c’est plus facile, la femme a sa place, celle qu’elle veut. Mon environnement, qui est le même, est plus féminin.

S’il est vrai que dans certains environnements ou certaines personnes sapent le rôle des femmes, cela est pour moi inconcevable. Il ne peut pas être, ni devrait être autorisé et pour cela il ya des instruments juridiques qui nous protègent et avec lesquels nous pouvons lutter, toujours contre l’égalité et la légalité. Ceux qui ne le perçoivent pas ne devraient pas avoir un rôle pertinent dans notre société. Le respect est primordial dans une société démocratique comme la nôtre.

Merci beaucoup, j’espère que cette interview est inspirante pour nos jeunes, cela a été un plaisir. Encore une fois, merci pour votre travail et tout l’amour que vous avez eu avec notre projet.

(*) link Fundación Galicia Europa website